DCI - Une dénomination générique pour le monde entier

Le Système harmonisé, langue internationale des échanges depuis 30 ans

31 juillet 2018

Dans le Système harmonisé, on trouve fréquemment des dénominations communes internationales (DCI) pour les substances pharmaceutiques, en particulier dans le Chapitre 29. Développées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis les années 1950, ces dénominations peuvent être reconnues et utilisées à l’échelle mondiale par les médecins, les pharmaciens, les scientifiques, les autorités de réglementation pharmaceutique et les patients.

Chaque DCI doit être unique et reconnaissable lorsqu’elle est lue ou prononcée. Elle ne doit pas prêter à confusion par rapport à d’autres dénominations d’usage courant, surtout les noms de spécialités pharmaceutiques ou les maladies que le médicament concerné a été conçu pour traiter. Elle appartient à tout le monde et pourtant n’a pas de propriétaire. Elle présente des similitudes avec ses proches parents mais elle est nettement différente des 9500 qui l’ont précédée.

Les DCI contiennent généralement une syllabe courante (connue sous l’appellation de segment-clé) indiquant le groupe pharmacologique ou chimique auquel la substance appartient. Le suffixe (par exemple « mycine ») dénote un type d’antibiotique. Syllabes, lettres et mots distincts sont alors ajoutés pour établir la distinction entre des substances d’une même famille, telles que kanamycine, etc.

Les nouvelles DCI doivent être acceptées et d’utilisation facile dans de nombreuses langues et cultures différentes. Il existe aujourd’hui environ 4000 DCI actives dans le monde. La liste s’allonge de 160 à 230 DCI chaque année, à mesure que de nouvelles substances pharmaceutiques les nécessitent.

Deux fois par an, le Groupe d’experts des DCI se réunit à l’OMS pour étudier minutieusement et créer les dénominations des nouvelles substances utilisées dans le domaine médical. A l’OMD, le Sous-Comité scientifique et le Comité du Système harmonisé collaborent pour déterminer le classement de tous ces produits afin d’en faciliter le commerce.

En attribuant une dénomination internationale unique aux médicaments, l’OMS contribue à veiller à ce qu’une ordonnance délivrée à l’étranger corresponde à ce que le médecin a prescrit dans le pays d’origine.

(Illustration fournie par l’OMS)