Journée internationale de la douane 2011

26 janvier 2011

Journée internationale de la douane 2011

Bruxelles, le 26 janvier 2011

Discours de Kunio Mikuriya, Secrétaire général, Organisation mondiale de douanes

Bonjour à toutes et à tous.

Je vous remercie d’être venus au siège de l’OMD pour y célébrer, avec nos 177 Membres dans le monde entier, la Journée internationale de la douane.

Vous vous rappelez certainement que l’an dernier, cette journée particulière sur le calendrier douanier avait été consacrée au thème du Partenariat douane-entreprises.

Tout au long de l’année écoulée, l’OMD et ses Membres ont favorisé les partenariats avec la communauté commerciale.

Nous avons ainsi appris comment renforcer davantage la communication entre douane et entreprises et comment mieux connaître les besoins des uns et des autres afin d’améliorer ensemble notre rendement.

Grâce à ce dialogue et à cette démarche de partenariat, nous avons renforcé notre confiance et apprécié de partager des connaissances qui se sont avérées mutuellement profitables.

“Le vrai pouvoir, c’est la connaissance”, écrivait déjà Sir Francis Bacon au 16ème siècle.

Convaincu de la justesse de cette affirmation et m’appuyant sur ce que nous avons appris l’an dernier, j’ai décidé de dédier l’année 2011 au thèmede : “La connaissance, catalyseur de l’excellence douanière”.

Dans un monde en évolution, la connaissance est une ressource primordiale.

Les dirigeants de la douane ont besoin d’informations de qualité et d’analyses fiables sur lesquelles ils pourront fonder leurs décisions stratégiques et leur direction d’ensemble afin de gérer le changement et de guider leurs organisations.

Cette recherche fondée sur des données probantes constitue également le fondement du renforcement des capacités car elle inspire les dirigeants de la douane en leur faisant connaître les succès obtenus et les leçons acquises.

C’est également pour cette raison que la vision de l’OMD sur “la douane au 21ème siècle” place le développement d’une “culture de service professionnelle reposant sur la connaissance” au rang d’élément constitutif d’une administration des douanes moderne.

A l’appui de cet élément constitutif, l’OMD recueille, analyse, produit et diffuse des savoirs et des connaissances auprès des administrations des douanes, des décideurs politiques, du secteur privé et des médias.

En d’autres termes, l’OMD fonctionne comme un réseau de connaissances en partageant des informations avec ses Membres et l’ensemble des acteurs douaniers.

Bien qu’elle ne soit qu’une modeste organisation, l’OMD estime que le partage, et non pas la rétention, de la connaissance a un effet multiplicateur lorsque cette connaissance touche la communauté internationale.

Les comités officiels de l’OMD constituent les meilleures tribunes où l’Organisation peut contribuer à ce partage de la connaissance. C’est là que s’effectue le dur labeur qui consiste à élaborer et à améliorer les outils, instruments et normes de l’OMD dans lesquels est incorporée notre connaissance des meilleures pratiques.

Dans le cadre des efforts que je poursuis afin d’instaurer à l’OMD un centre d’excellence fondé sur la connaissance, j’ai créé en avril 2009 une Unité de recherche et stratégie au sein de mon Bureau. Les résultats de nos recherches sont, et continueront d’être, accessibles sur les sites web de l’OMD et publiés dans des revues renommées telles que le Journal mondial de la douane et le Global Trade and Customs Journal.

En outre, l’OMD coorganise chaque année la Conférence Picard au cours de laquelle sont présentées diverses recherches universitaires et d’autres recherches menées par des praticiens portant sur la douane et d’autres sujets relatifs au commerce international.

Dans cette nouvelle ère de l’Internet et de la mondialisation, des communautés en ligne sont apparues pour partager informations et expertise sur de nombreuses questions. C’est dans cette optique que l’OMD a lancé le Club de la Réforme, un site web communautaire sur lequel les fonctionnaires des douanes et les chercheurs peuvent partager leurs connaissances sur des thèmes liés à la douane et au commerce international.

Des fonctionnaires de l’OMD sont à votre disposition à l’extérieur de cette salle de conférence pour vous fournir des renseignements complémentaires concernant le Club et vous indiquer comment rejoindre cette nouvelle communauté en ligne.

Toutefois, la connaissance ne se limite pas à publier les résultats de recherches. Elle concerne également la formation professionnelle et le renforcement des capacités.

Sous ma direction, l’ensemble de l’OMD se mobilise pour fournir à tous les Membres de l’Organisation un soutien efficace en matière de renforcement des capacités.

La formation professionnelle est dispensée par des experts de l’OMD et s’appuie sur les modules d’e-learning de qualité que nous avons élaborés ainsi que sur notre réseau mondial de Centres régionaux de formation.

A ce sujet, l’OMD lance aujourd’hui un nouveau site web baptisé CLiKC! – La communauté de l’apprentissage et des connaissances douanières – qui offre :

· un portail central pour tous les sujets relatifs à la formation douanière, y compris une plateforme d’e-learning actualisée; et

· un accès facile, à l’échelon régional et national, à un réseau de collaboration régionale et de ressources humaines.

La connaissance consiste également à réunir des spécialistes et des profanes pour débattre et échanger des idées. A cet égard, l’OMD organise régulièrement des événements internationaux, régionaux et nationaux en vue de promouvoir le dialogue sur des questions à la fois de nature politique et d’ordre pratique.

C’est ainsi que l’OMD organise chaque année sa Conférence et Exposition sur la TI – qui se tiendra cette année au mois de mai à Seattle – et le Forum sur les technologies et l’innovation, qui se déroulera plus tard dans l’année. Ces événements ont pour but d’offrir aux décideurs politiques et aux entreprises une plateforme leur permettant de débattre de l’utilisation des technologies dans la mesure où elle répond aux besoins de la communauté douanière.

Dans une logique similaire, l’OMD accueille actuellement son premier atelier canin mondial auquel participent de nombreux chiens et maîtres-chiens. Les réactions à cet événement sont très positives.

En conclusion, que devons-nous faire à présent ?

Comme le disait Socrate, “Le seul bon est la connaissance et le seul mal l’ignorance”.

J’encourage les Membres de l’OMD à ne pas hésiter à rechercher d’autres sources de “connaissances” :

· recherchez des universitaires nationaux pour débattre de questions douanières qui pourraient bénéficier des recherches effectuées dans les domaines de l’économie, de l’administration publique, de l’anthropologie ou de toute autre matière propre à renforcer le professionnalisme;

· recherchez des établissements d’enseignement technique, y compris des écoles d’informatique et des écoles d’ingénieurs, en vue de développer des partenariats “gagnant-gagnant” qui renforceront les capacités et les compétences techniques des fonctionnaires des douanes; et

· continuez à nouer des contacts avec des partenaires commerciaux et d’autres ministères et agences gouvernementales afin de partager davantage de connaissances et ainsi mieux se comprendre mutuellement et renforcer la coopération, la coordination et la collaboration.

La connaissance nous permettra de demeurer visionnaires, pertinents et indispensable et nous aidera à bâtir un monde meilleur.

Je vous remercie de votre attention et je souhaite à chacune et à chacun d’entre vous une excellente Journée internationale de la douane.