La coopération entre l’OMD et le GS1 mise en avant lors du Forum mondial 2013 du GS1

18 février 2013

Le GS1 est une organisation à but non lucratif qui développe et met en œuvre des spécifications mondiales sur la gestion de la chaîne logistique : codes d’identification des produits, codes-barres, normes entre entreprises pour l’échange de données exactes, etc. Après une longue coopération sur le plan technique, l’OMD a conclu un protocole d’accord (PDA) avec le GS1 en 2007 pour officialiser ces liens.

A l’invitation du GS1, le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, s’est exprimé lors du Forum mondial 2013 du GS1, le 18 février 2013, à Bruxelles, où il a mis en avant la coopération grandissante entre les deux organisations. Le Secrétaire général a rappelé l’évolution de la douane, davantage axée sur la gestion des données pour l’évaluation des risques au sein de la chaîne logistique. Il a souligné à cette occasion combien il était important pour la douane d’envisager l’utilisation de spécifications sur la chaîne logistique, appliquées dans le secteur privé, telles que les codes et les normes développés par le GS1.

M. Mikuriya a fait référence en particulier au nouveau Dossier de l’OMD sur la compétitivité économique pour expliquer comment la douane contribue à une amélioration de la compétitivité nationale, en facilitant les échanges grâce à la gestion des risques. Ceci nécessitant l’application de normes sur les technologies de l’information, les données et la messagerie, ainsi que l’identification des chargements, il est important d’utiliser les technologies et outils existant dans la chaîne logistique, via un partenariat avec les entreprises.

Les deux organisations, qui ont un intérêt commun à l’égard de la gestion de la chaîne logistique, en ce qui concerne notamment les systèmes de suivi et de traçabilité, travaillent ensemble et de manière complémentaire dans de nombreux domaines : l’OMD facilite les échanges de données douane-douane et douane-entreprises tandis que le GS1 facilite l’échange de données entre entreprises.

La coopération entre les deux organisations concerne notamment les travaux menés auprès du Centre des Nations Unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques (CEFACT-ONU) et de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) sur les normes et spécifications relatives à la gestion de la chaîne logistique, ainsi que les travaux sur la Référence Unique de l’Envoi (RUE) et sur l’utilisation des données GS1 pour l’évaluation des risques douaniers.

La dernière collaboration en date entre les deux organisations porte sur l’ajout d’une fonction de code-barres à l’Interface Public-Membres (IPM), outil d’information de l’OMD visant à lutter contre les atteintes aux droits de propriété intellectuelle aux frontières. M. Mikuriya a vivement incité les membres du GS1 à s’appuyer sur la collaboration avec l’OMD au niveau mondial en prenant contact avec les douanes de leurs pays respectifs. Les membres du GS1, très sensibles à ce discours, se sont engagés à envisager et à renforcer la coopération avec les administrations douanières.

$name

  • Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l'OMD, et Maria Palazzolo, Directrice générale du GS1 Australie et membre du Conseil du GS1, lors du Forum mondial 2013 du GS1

    Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l'OMD, et Maria Palazzolo, Directrice générale du GS1 Australie et membre du Conseil du GS1, lors du Forum mondial 2013 du GS1

    Téléchargez l'image