Les dirigeants africains et les responsables des organisations internationales et régionales se réunissent dans le cadre de la TICAD V pour se mettre d’accord sur la stratégie de développement pour l’Afrique « Main dans la main avec une Afrique plus dynamique »

04 juin 2013

A l’invitation du Japon, des Nations Unies, du Programme des Nations Unies pour le développement, de la Banque mondiale et de la Commission de l’Union africaine, le Secrétaire général Kunio Mikuriya a participé à la cinquième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD V), qui s’est tenue à Yokohama, Japon, du 1er au 3 juin 2013. Assistaient à la Conférence les représentants de 54 pays africains, y compris 39 chefs d’Etat, ainsi que les responsables des principales organisations internationales et d’organisations régionales africaines, y compris le Secrétaire général des Nations Unies et le Président de la Banque mondiale. Les participants ont discuté des moyens de renforcer le commerce et les investissements de manière globale et durable, avec un accent particulier sur le commerce intra-africain, tout en s’intéressant également aux questions relatives à la sécurité humaine et à la consolidation de la paix. Durant la séance plénière, les dirigeants et représentants africains ont souligné la nécessité de pouvoir disposer d’infrastructures transfrontalières adéquates, y compris le poste-frontière intégré, le Guichet unique et la connectivité des logistiques aux fins du renforcement des économies en Afrique, tandis que le secteur privé a mis l’accent sur la nécessité d’améliorer les procédures frontalières afin de créer ainsi un climat plus favorable aux investissements.

Le Secrétaire général Mikuriya a pris la parole sous le thème "Favoriser la consolidation de la paix" et a souligné comment la douane peut aider les pays à conduire la consolidation de la paix à travers la gestion des frontières, le recouvrement des recettes et la promotion des échanges commerciaux. En réponse à l’appel des dirigeants africains et du secteur privé pour des procédures frontalières efficaces, il a souligné que l’OMD continuera à aider les pays africains à améliorer l’efficacité de la chaîne logistique à travers l’utilisation des normes de l’OMD en matière de procédures douanières simplifiées et harmonisées pour assurer ainsi une meilleure connectivité aux frontières. Il a également souligné une nouvelle fois que la douane contribue à la sécurité des populations grâce à un contrôle efficace aux frontières visant à lutter contre le commerce illicite, y compris le trafic de drogues et le commerce des faux médicaments, domaine dans lequel l’OMD aide ses Membres en matière d’échange d’informations par l’intermédiaire de son système de communication sécurisé et facilite la coopération internationale par le truchement d’opérations coordonnées. Enfin, il a mis en évidence l’importance du renforcement des institutions dans les réformes douanières, dans lesquelles la question de l’éthique doit être l’un des maillons essentiels, et il a fait part de certaines meilleures pratiques à cet égard.

En conclusion, la TICAD V a adopté la "Déclaration de Yokohama 2013" et le "Plan d’action de Yokohama" qui évoque les domaines d’activité clés des douanes aux fins du renforcement de la croissance économique: (1) Intégration du commerce intra-africain dans les stratégies de développement nationales, y compris le renforcement du rôle du secteur privé organisé, du secteur privé informel et des femmes dans la formulation des politiques commerciales; (2) Création de vecteurs interconnectés pour l’échange d’informations commerciales; (3) Gestion intégrée des frontières et transit douanier; (4) Promotion de l’éthique et de la lutte contre la corruption dans les administrations des douanes africaines; et (5) Développement des capacités pour les administrations des douanes africaines et la facilitation des échanges avec l’appui de l’OMD. Les dirigeants africains ont été instamment invités à aborder de front les questions de sécurité transfrontalière que sont la criminalité transnationale organisée, le terrorisme et la piraterie qui déstabilisent la société et sont la source de nouveaux conflits. Il s’agit notamment de la traite d’êtres humains et du trafic de drogues, des faux médicaments, des armes légères et de petit calibre, de la pêche illégale, des décharges de déchets et de blanchiment de fonds.

Le Secrétaire général Mikuriya a également pris la parole lors de la réunion des responsables des organisations internationales organisée par le Premier Ministre du Japon, Shinzo Abe, et a réaffirmé l’engagement de la communauté douanière internationale à travailler de concert avec d’autres partenaires internationaux et africains pour atteindre l’objectif commun du développement global et dynamique de l’Afrique.

Photos

  • Chefs d’Organisations internationales reçus par le Premier ministre japonais                                      Droits d'auteur: Cabinet du Premier ministre du site Japon

    Chefs d’Organisations internationales reçus par le Premier ministre japonais Droits d'auteur: Cabinet du Premier ministre du site Japon

    Téléchargez l'image
  • Secrétaire général Kunio Mikuriya et le Ministre du Commerce et de l'Investissement du Nigéria, Olusegun Aganga

    Secrétaire général Kunio Mikuriya et le Ministre du Commerce et de l'Investissement du Nigéria, Olusegun Aganga

    Téléchargez l'image