L’OMD ouvre le débat public sur le commerce informel

04 juin 2013

La Conférence internationale de recherche de l’OMD sur l’informel, le commerce international et la douane, qui s’est tenue les 3 et 4 juin 2013, a réuni plus de 100 participants venus de 48 pays des six régions de l’OMD. Cette Conférence était organisée par l’OMD, en partenariat avec la Banque mondiale et l’Administration des douanes de Corée.

Au programme de la Conférence : 33 présentations d’expériences de recherche dont les auteurs, sélectionnés suite à un appel à communications ayant débouché sur 85 contributions, étaient, entre autres, fonctionnaires d’administrations douanières, anthropologues, économistes, analystes politiques, représentants de banques de développement et du secteur privé.

C’est le Professeur Keith Hart, inventeur de la notion d’« informel » dans les années 1970 suite à des études de terrain au Ghana, qui a prononcé l’allocution principale de la Conférence.

Les participants ont échangé leurs connaissances et leurs points de vue sur les perspectives institutionnelles du commerce informel, les réseaux longue distance d’opérateurs commerciaux informels, la quantification de l’informel, son impact sur l’économie et la relation entre commerce informel et contrebande de marchandises fortement taxées ou marchandises à circulation très restreinte.

On s’est penché en particulier sur la dimension sociologique de l’informel afin de mieux comprendre comment les acteurs de ce commerce s’organisent en chaînes de valeur transnationales de marchandises. Trois tables rondes ont été consacrées au commerce transfrontalier en Amérique, en Asie et en Afrique. Des réflexions approfondies ont été menées par ailleurs sur le rôle des institutions et organisations internationales chargées de la réglementation commerciale liée à l’informel.

Au bout de ces deux journées de discussion, les participants, face à l’importance de ce sujet, ont décidé de poursuivre leurs travaux de recherche et d’analyse en la matière.

Le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, a félicité les participants pour leur application et leur dévouement et a souligné que l’OMD était engagée à poursuivre la recherche et l’assistance technique sur ce sujet vital pour les services aux frontières, les petites et moyennes entreprises et d’autres parties prenantes. Il a ajouté que pour s’acquitter de leurs fonctions de perception des recettes, de facilitation des échanges et de protection de la société contre le commerce illicite, les administrations douanières devaient avoir une meilleure connaissance du secteur informel et trouver des moyens de faire face à cet élément crucial pour la société, en améliorant la compétitivité économique par le rassemblement et le dynamisme. M. Mikuriya a indiqué également que la publication envisagée d’un ouvrage à partir des articles et contributions à la Conférence serait une étape majeure vers la réalisation de ces objectifs.