Réforme douanière au Tadjikistan

06 octobre 2014

Invité par M. Rustam Emomali, Président du Service des douanes d’État du Tadjikistan, le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, était à Douchanbe, Tadjikistan, les 1er et 2 octobre 2014. Il a participé à plusieurs réunions avec des dirigeants politiques et des chefs d’entreprises et il a visité le site douanier de Panji Poyon à la frontière entre l’Afghanistan et le Tadjikistan.

Lors d’une session de présentation au siège du Service des douanes, M. Mikuriya s’est félicité des progrès accomplis depuis la mission de diagnostic de l’OMD en 2007, en termes de modernisation douanière, assurant une plus grande transparence grâce à la technologie de l’information. La Douane du Tadjikistan a saisi cette occasion pour exposer son projet en cours de guichet unique.

À l’issue de cette session, M. Mikuriya a assisté à une série de réunions, tout d’abord avec le Premier Ministre, M.Kokhir Rasulzoda, qui a présenté la politique de son gouvernement en faveur des échanges commerciaux et des investissements malgré la situation géographique délicate du Tadjikistan en tant que pays enclavé. La réforme douanière et la coopération avec l’OMD sont au premier rang des priorités tout comme la ratification rapide de la Convention de Kyoto révisée dont les procédures officielles sont en phase finale.

M. Sharif Rahimzoda, Ministre du développement économique du Tadjikistan, a souligné l’importance de la douane dans la mise en œuvre d’une politique commerciale aux frontières. Il a bien connu l’OMD du temps où il était ambassadeur à Bruxelles et a exprimé le souhait de renforcer la coopération avec l’OMD dans le cadre de son rôle pour la facilitation et la sécurisation du commerce mondial et de son soutien en matière de renforcement des capacités.

M. Radjabali Rahmonali, Commandant des gardes-frontières du Tadjikistan, a insisté sur la nécessité d’appliquer des contrôles efficaces aux frontières, appuyés par une infrastructure et des technologies performantes. Il s’est déclaré fermement engagé à poursuivre la coopération avec la Douane. Mme Nigina Abdulloyeva, Vice-Présidente du Comité national pour l’investissement et la propriété de l’État, s’est déclarée très désireuse d’améliorer les conditions d’investissement en garantissant des liens entre la douane et les entreprises. M. Nizomiddin Zohidi, Ministre adjoint des affaires étrangères, a mis l’accent sur la stabilité des relations extérieures du pays et sur la nécessité d’une ouverture via le commerce, sur la base de normes mondiales.

M. Mikuriya a participé également à une session de dialogue avec des représentants du secteur privé. Ces derniers se sont déclarés satisfaits des discussions menées régulièrement avec le Service des douanes. Ils ont présenté les résultats obtenus grâce à la technologie de l’information et exprimé le souhait de mettre en place un guichet unique. Les défis auxquels ils sont confrontés ont trait notamment à l’harmonisation des systèmes de transit, à l’utilisation correcte du système du carnet TIR et au transport routier international. Les représentants du secteur privé ont également exprimé leurs inquiétudes quant à la stabilité de l’Afghanistan suite au retrait des forces militaires internationales. Ils ont suggéré d’apporter une plus grande assistance à ce pays, via le Tadjikistan en raison de la langue et de la culture communes avec le nord de l’Afghanistan.

Le Secrétaire général de l’OMD s’est rendu au pont-frontière au-dessus de la rivière Panji entre le Tadjikistan et l’Afghanistan. Il a visité les installations douanières côté Tadjikistan, où siègent plusieurs services du gouvernement. M. Mikuriya a encouragé les fonctionnaires des douanes qui travaillent ici dans des conditions très rudes à assurer la connectivité aux frontières. Il a également exprimé son soutien à l’échange de données prévu entre les deux services douaniers à la frontière, qui permettra à la Douane de disposer de renseignements au préalable et ainsi de gérer plus efficacement les risques.

Globalement, la visite du Secrétaire général a été perçue comme une opportunité de renforcer encore davantage la coopération entre le Tadjikistan et l’OMD pour aboutir à une plus grande intégration de l’économie tadjike dans le système douanier et le système commercial international.