Le trafic d’espèces sauvages destabilisé par les efforts coordonnés de plusieurs services

15 juillet 2015

Bruxelles 15 juin 2015

[es]

L’Organisation mondiale des douanes (OMD) a le plaisir d’annoncer qu’une opération inter-régionale portant sur le commerce illicite d’espèces sauvages en Amérique du sud et au Mexique a permis de procéder à 23 arrestations et de saisir 775 spécimens d’animaux, dont notamment des tortues terrestres et marines, des perroquets, des singes, un caïman et un cerf de Virginie, vivants. En outre, pendant la durée de l’opération, 17 tonnes de concombres de mer séchés (variété Australostichopus mollis), 168 kg d’ailerons de requin et plus de 2.000 grumes de bois ont également été saisis.

L’Opération FLYAWAY, organisée par le Bureau régional de liaison chargé du renseignement (BRLR) de l’OMD pour l’Amérique du sud, en étroite coopération avec l’OMD, le Pérou et les Etats-Unis, a ciblé les voyageurs aériens, le fret aérien et les envois des services postaux et express pendant dix jours, fin juin 2015. Outre les espèces énumérées dans la CITES, l’Opération FLYAWAY a également porté sur les espèces de flore et de faune sauvages protégées aux termes de la législation nationale comme la Lacey Act des Etats-Unis. En Colombie et au Pérou, la coopération et la coordination nationales entre les différentes autorités ont entraîné l’extension de la zone ciblée à des espaces intérieurs tels que marchés et restaurants. Quatorze pays de la région, d’origine, de transit ou de destination, ont participé à l’Opération FLYAWAY, et plus particulièrement l’Allemagne, le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Espagne, les Etats-Unis, le Mexique, les Pays-Bas, le Pérou, le Portugal, la Suisse, le Royaume-Uni, l’Uruguay et le Venezuela.

Les efforts conjoints de l’Opération FLYAWAY se sont traduits au plan national par la participation de la douane, de la police et des autorités chargées des espèces sauvages pour cibler le commerce et le transport illégaux de spécimens protégés. La coopération entre ces services a abouti à des efforts louables en matière de lutte contre la fraude, par exemple la saisie d’une peau d’ocelot, d’un manchot de Humboldt empaillé et de carapaces de tortues marines, qui sont autant d’espèces menacées d’extinction. En outre, un singe laineux à queue jaune, spécimen rare qui vit dans les Andes péruviennes, qui avait été capturé par des braconniers a pu être récupéré vivant. Au Mexique, les autorités ont sauvé 209 animaux domestiques dans des animaleries et autres lieux illégaux.

L’Opération FLYAWAY portait certes sur les espèces sauvages provenant d’Amérique du sud et du Mexique, mais les contrôles exercés par les participants ont souvent abouti à la saisie de spécimens d’autres régions. Près de 4.000 comprimés de suppléments diététiques contenant des végétaux protégés ont été saisis grâce à l’opération. L’Opération FLYAWAY a bénéficié du soutien international du Secrétariat de la CITES et du soutien régional du Service de la douane et de l’immigration et des Bureaux d’Attachés de la Sécurité intérieure des Etats-Unis établis en Amérique du sud et au Mexique. Elle constitue ainsi un exemple classique des immenses avantages que peuvent offrir la coordination et la coopération entre les services.

“Les Opérations comme FLYAWAY sont exceptionnelles pour inciter des organisations à passer du dialogue aux actes” a déclaré le Secrétaire général de l’OMD M. Kunio Mikuriya. “Encouragés par le succès de cette opération, je suis certain que les participants bénéficieront à l’avenir de l’expérience acquise et que le partage et l’échange d’informations essentielles se poursuivront.”

Tout au long de l’Opération FLYAWAY, les participants ont utilisé le CENcomm, outil de communication sécurisé de l’OMD, pour coordonner les efforts de lutte contre la fraude et échanger les informations pertinentes qui ont facilité le ciblage et la saisie des envois illégaux. A titre d’exemple, le Pérou et les Etats-Unis ont pu communiquer rapidement au sujet d’un envoi illicite de geais verts et de pigeons à queue barrée, conformément au Migratory Bird Treaty Act. Les informations obtenues au cours de l’Opération seront évaluées et analysées de manière plus approfondie afin de mettre à jour les profils de risque existants pertinents et les critères de ciblage utilisés par les administrations des douanes et par d’autres acteurs de la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages.

Enquêtes et analyses se poursuivent.