Opération MADAO 1 : la Guinée et l’OMD unissent leurs efforts pour lutter contre les délits douaniers et le crime organisé

01 December 2017

Du 20 au 29 octobre 2017, les services de la Douane, de l’Office Central Anti-Drogue (OCAD), de la Gendarmerie nationale et des Eaux et Forêts de Guinée ont associé leurs forces, en étroite collaboration avec l’Organisation des Douanes (OMD), en participant pour la première fois à une opération de contrôle renforcé visant notamment le trafic de stupéfiants, de précurseurs chimiques, de devises, d’armes et munitions, et d’espèces sauvages de faune et de flore.

Douze saisies ont été réalisées durant les dix jours qu’a duré l’opération :

  • trois saisies de stupéfiants pour un total de 800 grammes de cocaïne et 129 kilogrammes d’herbe de cannabis en provenance respectivement de Colombie et de Sierra Leone;
  • une saisie de 4 fusils à pompe neufs en provenance de Russie;
  • une saisie de 74 100 euros réalisée à l’aéroport sur un passager en partance pour la Gambie;
  • une saisie d’une tortue vivante et d’un pangolin mort, espèces protégées par la Convention de Washington ;
  • une saisie de 57 cartouches de cigarettes découvertes dans le bagage d’un passager en partance pour la France ;
  • cinq saisies de marchandises non déclarées à l’importation (gazole, chargeur Caterpillar, véhicule automobile d’occasion, produits alimentaire et d’entretien) d’une valeur évaluée à 650 000 000 francs guinéens (environ 60 500 euros).

Initiée et organisée par la Douane guinéenne, avec le soutien et la collaboration de l’OMD, l’Opération s’inscrit dans le cadre du Projet de l’OMD de modernisation de la douane en Afrique de l’Ouest (MADAO). Financé par la Suède, le projet a pour vocation première de soutenir la Douane dans ses efforts de modernisation et dans la mise en œuvre de son plan stratégique, et, notamment, des volets relatifs à la lutte contre la fraude et au partenariat.

« Il est indispensable que nous unissions et coordonnions nos efforts au quotidien pour combattre sur tous les fronts les trafics illicites et le crime organisé, gangrène dynamisée par la mondialisation », a déclaré le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, se réjouissant de la participation active à l’Opération de toutes les agences chargées de lutter contre ces fléaux et des excellents résultats obtenus.

Au-delà des saisies réalisées, les principaux objectifs de l’opération ont été atteints. Il s’agissait notamment d’identifier des personnes physiques et morales impliquées dans les trafics, de recueillir des informations sur l'état des trafics et de la criminalité organisée sur tous les vecteurs ciblés, d’évaluer et d’analyser ces informations afin de dégager des profils de risque et des critères de ciblage actualisés et pertinents, ainsi que de renforcer la coopération et l'échange de renseignements entre services répressifs.

En amont de l’Opération, deux sessions de formation de formateurs avaient été organisées par le Secrétariat de l’OMD réunissant des représentants de la Douane, de la Police, de la Gendarmerie et des Eaux et Forêts. La première formation portait sur les pratiques opérationnelles douanières en matière de lutte contre la fraude et de saisies, tandis que la deuxième traitait notamment de l’analyse de la menace, des grands courants de fraude, de la gestion du risque, du ciblage, du profilage et de la criminalité aéroportuaire.

Outre formateurs et experts, l’OMD a mis à disposition son outil de communication sécurisé et crypté CENcomm pour faciliter l’échange d’informations et de renseignements opérationnels entre services et unités. Une Unité de coordination opérationnelle, implantée au siège de la Direction générale des douanes pour la durée de l’opération, était en outre chargée d’assurer la coordination et la concertation en termes d'échanges d’informations et de décisions opérationnelles ainsi que d’élaborer et de diffuser à l’ensemble des participants des bulletins d’information quotidiens, rendant compte des informations collectées ou des actions réalisées la veille.