Bienvenue sur le site web de l'OMD.

Veuillez indiquer votre préférence linguistique

L’Angola accède à la Convention de Kyoto révisée et en devient la 108ème partie contractante

23 février 2017

Le 23 février 2017, le Secrétaire général de l’OMD, M. Kunio Mikuriya, en sa capacité de dépositaire de la Convention, a reçu des mains de l’ambassadrice d’Angola en Belgique, S.E. Maria Elizabeth Simbrão de Carvalho, les instruments d’adhésion de l’Angola à la Convention internationale pour la simplification et l’harmonisation des régimes douaniers (Convention de Kyoto révisée).

Au cours d’une brève réunion organisée pour la circonstance, il a été rappelé que cet instrument international est considéré comme le fondement des procédures douanières efficaces et modernes. Entrée en vigueur le 3 février 2006, la Convention de Kyoto révisée (CKR) est un instrument juridique de l’OMD perçue par l’ensemble de la communauté douanière internationale comme le fondement des régimes douaniers modernes du 21ème siècle, et elle vient compléter les efforts déployés par les pays en faveur de la ratification de l’Accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la facilitation des échanges (AFE). La Convention compte désormais, avec l’accession de l’Angola, 108 parties contractantes.

Dans un contexte international marqué par la volonté de mettre en œuvre assez rapidement l’AFE, l’OMD se réjouit de l’augmentation continue du nombre de parties contractantes à la CKR, étant donné que cet instrument est au centre du Dossier sur la compétitivité économique. Le Secrétaire général encourage vivement d’autres Membres de l’OMD à adhérer le plus tôt possible à la CKR, notamment vu l’importance de cet instrument pour la douane, et surtout à en mettre en œuvre les dispositions. 

Parmi les principes fondamentaux consacrés dans la Convention de Kyoto révisée, on relève notamment : la mise en œuvre de régimes douaniers simplifiés dans un environnement prévisible et transparent, l’utilisation optimale de la technologie de l’information, l’utilisation de la technique de la gestion des risques, la promotion d’un partenariat solide avec les entreprises commerciales et d’autres parties prenantes, et la mise en place de voies de recours aisément accessibles.

Photos

  • S.E. Mme. Maria Elizabeth Simbrão de Carvalho, ambassadrice d’Angola en Belgique, et M. Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l’OMD.

    S.E. Mme. Maria Elizabeth Simbrão de Carvalho, ambassadrice d’Angola en Belgique, et M. Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l’OMD.

    Téléchargez l'image