Trafic d’espèces sauvages : le crime organisé mis à mal par l’opération mondiale de répression de la fraude OMD-INTERPOL

10 juillet 2019

Une opération conjointe des douanes et des forces de police a abouti à la saisie de grandes quantités d’espèces de faune et de flore sauvages sur tous les continents.

Du 4 au 30 juin, l’Organisation mondiale des douanes (OMD) et INTERPOL ont coordonné l’Opération Thunderball, qui a vu les forces de police et les administrations douanières mener des opérations conjointes de lutte contre la fraude ciblant la criminalité liée aux espèces sauvages dans 109 pays.

Une équipe de douaniers et de policiers a coordonné une action mondiale de lutte contre la fraude depuis le Centre de coordination des opérations du Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, à Singapour.

Les renseignements et les indicateurs de risque compilés avant l’opération ont aidé les administrations des douanes à effectuer une meilleure sélection des cas et ont guidé les douaniers et les policiers de terrain ainsi que les autorités chargées de la protection des espèces sauvages à cibler les itinéraires, les moyens de transport et les marchandises spécifiques à haut risque, et tout particulièrement les activités illégales à caractère transnational.

Impact sur l’environnement à l’échelon mondial

Les premiers résultats ont permis d’identifier quelque 600 suspects, déclenchant des arrestations dans le monde entier. D’autres arrestations et poursuites judiciaires devraient intervenir à mesure que les enquêtes progresseront.

Au cours de l’opération, 1 828 saisies ont eu lieu, dont :

  • 23 primates vivants ;
  • 30 grands félins et de vastes quantités de parties d’animaux ;
  • 440 morceaux de défense d’éléphant ainsi que 545 kg d’objets en ivoire
  • cinq cornes de rhinocéros ;
  • Plus de 4 300 oiseaux ;
  • Pratiquement 1 500 reptiles et près de 10 000 tortues;
  • Quasiment 7 700 parties d’animaux sauvages de toutes espèces;
  • 2 550 mètres cubes de bois (soit 74 cargaisons de camion) ;
  • Plus de 2 600 plantes ;
  • Quasiment 10 000 articles de la faune marine.

L’opération a permis de saisir, au Nigéria, sept paquets de parties de pangolin destinés à l’Asie et pesant 546 kg, et d’arrêter trois personnes en Uruguay soupçonnées de faire de la contrebande de plus de 400 espèces de faune sauvage protégées.

Elle a permis de souligner la tendance continue du commerce en ligne, avec 21 arrestations en Espagne et la saisie de 1 850 oiseaux en Italie grâce à deux enquêtes en ligne.

« Les résultats de l’Opération Thunderball le montrent clairement : il ne faut jamais sous-estimer l’impact d’une coopération étroite menée aux niveaux international et national pour combattre la criminalité liée aux espèces sauvages », a déclaré le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya.

L’OMD et INTERPOL coopèrent de longue date et soutiennent régulièrement les opérations l’une de l’autre sur le terrain, mais l’Opération Thunderball marque un tournant dans leur partenariat en les associant sur le devant de la scène afin de veiller à ce que la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages soit menée de bout en bout : de la détection à l’arrestation et de l’enquête aux poursuites.

« De telles initiatives seront reproduites ailleurs afin de sensibiliser l’ensemble des services chargés de l’application de la loi à la gravité de la criminalité liée aux espèces sauvages et de mieux coordonner les efforts interservices tout en mobilisant les organisations de la société civile dans le but de détecter les réseaux criminels exploitant les espèces sauvages et de les mettre hors d'état de nuire », a ajouté Kunio Mikuriya.

 

La criminalité liée aux espèces sauvages est endémique, mondiale, en hausse et étroitement associée à la criminalité organisée.

 

La coopération police-douanes : Une approche durable de la lutte contre la criminalité organisée liée aux espèces sauvages

« La criminalité liée aux espèces sauvages prive non seulement notre environnement de ses ressources mais la violence, le blanchiment d’argent et la fraude qu’elle entraîne dans son sillage ont également des conséquences », a indiqué le Secrétaire général d’INTERPOL, Jürgen Stock.

« Des opérations comme Thunderball correspondent à une action concrète ciblant les réseaux de criminalité transnationaux qui bénéficient de ces activités illégales. Nous poursuivrons nos efforts dans le cadre de notre partenariat pour veiller à ce que les criminels qui pillent notre environnement subissent les conséquences de leurs actes », a-t-il ajouté.

Le léger recul du nombre de saisies de certaines espèces est peut-être le signe que la lutte continue contre la fraude porte ses fruits et que la loi est mieux respectée.

« Pour le bien des générations futures et du monde où nous vivons, il est vital que nous arrêtions les criminels qui mettent en péril les moyens de subsistance des populations, la sécurité, les économies et la durabilité de notre planète en exploitant illégalement la faune et la flore sauvages », a déclaré Ivonne Higuero, Secrétaire générale de la CITES.

La CITES est la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction ; elle a pour objet de veiller à ce que le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages ne menace pas leur survie.

« L’Opération Thunderball envoie un message clair : nous continuerons de coopérer étroitement avec nos partenaires du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC) en faveur de l’action menée pour mettre en œuvre la CITES et lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages ; nous déploierons nos forces et nos compétences collectives afin de remuer ciel et terre pour que les coupables soient sévèrement réprimés » a ajouté Mme Higuero.

Durant toute l’Opération Thunderball, les douaniers et les policiers ont pu compter sur l’appui des agents des autorités environnementales, des agences chargées de la protection des espèces sauvages et des forêts, d’autres organismes présents aux frontières ainsi que des autorités locales responsables de la CITES, qui ont travaillé ensemble pour identifier et intercepter les envois contenant les espèces de flore et autres espèces protégées auxquelles s’applique la CITES.

Coordonnée conjointement par le Programme Environnement de l’OMD et le Programme de Sécurité Environnement d’INTERPOL, l’Opération Thunderball est la troisième de la série « Thunder », après l’Opération Thunderbird en 2017 et l’Opération Thunderstorm en 2018.

L’Opération Thunderball bénéficie du soutien financier de la Direction générale Coopération internationale et développement (DEVCO) de l’Union européenne dans le cadre de l’ICCWC, du Bureau des affaires internationales de stupéfiants et de répression du Département d'État des États-Unis (INL), et du ministère de l’Environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (DEFRA) du gouvernement britannique.