Le Japon soutient les projets de l’OMD sur le développement durable et sur la sécurité aux frontières

19 février 2020

Ce jour, le Secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), le Dr. Kunio Mikuriya, s’est entretenu avec l’Ambassadeur du Japon en Belgique, S.E. Makita Shimokawa, au siège de l’OMD à Bruxelles. Au cours de cet entretien, les deux hommes se sont échangé des notes verbales sur la contribution financière apportée par l’État du Japon à deux projets de l’OMD, à savoir le Projet sur la gestion des déchets plastiques (Projet sur la gestion des déchets) en région Asie/Pacifique et le Projet sur l’élaboration d’un Manuel opérationnel sur les stratégies, l’équipement et la formation du personnel nécessaires pour aider les administrations douanières présentes dans les zones frontalières fragiles à renforcer leurs capacités dans le domaine de la sécurité (Projet sur le manuel sur la sécurité).

« La durabilité au cœur de l’action douanière pour les personnes, la prospérité et la planète » est le thème choisi par l’OMD pour l’année 2020, autour duquel la communauté douanière dans son ensemble s’engage à contribuer à un avenir durable en plaçant les préoccupations économiques, sanitaires et environnementales au centre de ses actions.   

La douane dispose de prérogatives uniques et est on ne peut mieux placée, aux frontières, pour jouer un rôle de premier plan dans la gestion de la chaîne logistique internationale, d’un bout à l’autre de celle-ci, en assurant pour tout un chacun un avenir durable, sûr et favorisant l’intégration. Dès lors qu’il ne reste plus que 10 ans pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’ONU et au vu du lien direct existant entre la mission stratégique de la douane et plusieurs de ces ODD, il est important pour les autorités douanières de relever tous les défis se posant dans les domaines environnemental, économique, sanitaire et social en intensifiant leurs efforts déployés à cette fin et en veillant à apporter une réponse efficace par la mise en œuvre d’une stratégie plus proactive.

C’est dans ce contexte que le Projet sur la gestion des déchets a reçu un soutien financier de la part du Japon, dans le cadre de son « Initiative MARINE » qu’il a lancée en faveur de la mise en œuvre de la « Vision sur l’océan bleu » qui a été présentée au sommet du G20 à Osaka l’année dernière. Ce Projet sera mis en œuvre dans le cadre du Programme de l’OMD sur l’environnement et visera à renforcer les capacités des administrations douanières à atténuer les menaces pesant sur l’environnement en région Asie/Pacifique et à y apporter une réponse adéquate, en mettant tout particulièrement l’accent sur la mise en œuvre de la Convention de Bâle et sur les questions liées à la gestion des déchets plastiques et des envois illégaux de ceux-ci.  

C’est en réponse à ces défis actuels exacerbés par les conditions de sécurité existantes, notamment marquées par les répercussions considérables du terrorisme, que la Commission de politique générale de l’OMD a adopté, lors de sa session de décembre 2015, la Résolution de Punta Cana, qui met l’accent sur le rôle de la douane en matière de sécurité. Cette Résolution a donné lieu à l’adoption du « Plan d’action en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent » par les dirigeants du G7 lors de leur sommet à Ise-Shima (Japon) en mai 2016, plan dans lequel le Programme de l’OMD sur la sécurité est expressément mentionné comme exemple d’initiative à suivre pour renforcer la sécurité aux frontières.  

En faisant preuve du même degré élevé d’engagement, l’OMD a mis et met actuellement en œuvre une série de programmes et de projets, dont le Projet sur la sécurité en région  Asie/Pacifique et le Projet sur la sécurité en région d’Afrique occidentale et centrale, qui bénéficient tous deux du soutien financier du Japon. Ces efforts déployés montrent à quel point il est nécessaire d’apporter une assistance spécifique aux administrations douanières pour leur permettre de faire face à des situations de conflit et d’après-conflit ainsi qu’à celles qui se posent dans des zones frontalières marquées par la violence perpétrée par des groupes armés.

Le Projet sur le manuel sur la sécurité a été conçu pour relever ce défi. Il a pour finalité l’élaboration d’un manuel opérationnel à l’intention des administrations douanières présentes dans les zones frontalières fragiles et destiné à les aider à renforcer leurs capacités en matière de sécurité de façon à ce qu’elles puissent faire face aux immenses difficultés dans ce domaine auxquelles sont confrontés leurs effectifs.

« La gestion des déchets plastiques est un nouveau défi mondial auquel la planète toute entière est confrontée aujourd’hui. L’OMD et la communauté douanière internationale peuvent jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre ce phénomène, en coordonnant leurs efforts en vue de réduire et, in fine, d’éliminer les effets destructeurs que les déchets en plastique ont sur l’environnement », a déclaré le Secrétaire général de l’OMD, le Dr. Mikuriya. Celui-ci a ajouté : « Le soutien continu apporté par l’État du Japon aux initiatives mises en œuvre par l’OMD en matière de sécurité contribue dans une très large mesure aux efforts déployés en vue de renforcer sans cesse davantage les capacités des administrations douanières dans ce domaine, partout dans le monde. »

Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Makita Shimokawa a quant à lui souligné que le Japon appréciait particulièrement toutes les activités mises en œuvre par l’OMD, sous la direction de son Secrétaire général, le Dr. Mikuriya, pour répondre aux enjeux émergents auxquels sont confrontés les Membres de l’Organisation. Il a également affirmé que les projets financés contribueraient à rendre encore plus profondes et plus fortes les relations de coopération − et de respect mutuel – qu’entretient son pays avec, non seulement, l’OMD, mais également ses Membres.