Cybercriminalité

Toutes les administrations des douanes sont soumises à une pression croissante pour se tenir au fait  des changements visant à faciliter les formalités d’arrivée des marchandises et des personnes avec davantage d’efficacité tout en protégeant la société contre les menaces du commerce illicite. Pour bien gérer cette double responsabilité, les administrations douanières dépendent de plus en plus de systèmes informatiques complexes, très rapides, en réseau et qui se généralisent. Malheureusement, ces innovations technologiques sont également exploitées par des criminels qui tirent parti de la commodité et de l’anonymat qu’offrent ces technologies modernes  pour commettre des activités criminelles de diverses sortes.

La cybercriminalité est l’un des domaines de la criminalité qui connaît la plus croissance la plus rapide. On définit le cybercrime comme une infraction commise au moyen de dispositifs de stockage électronique, de systèmes informatiques et de réseaux. Il conviendrait que les administrations douanières soient équipées correctement pour s’opposer à ces violations complexes commises dans le cyberespace, ce qui pose de grandes difficultés en particulier en termes d’identification des criminels et d’interruption de leurs activités.

Sur cette base, le 3ème Groupe de travail sur la cybercriminalité a recommandé en 2000 la formation d’un groupe d’experts spécialisés chargés d’examiner une large gamme d’infractions électroniques. Le Groupe d’experts sur la délinquance électronique (GEDE) a été créé en 2001 et a reçu l’aval du Conseil de l’OMD en 2002.

Le GEDE met à la disposition de l’OMD des spécialistes en divers aspects de la criminalité électronique qui donnent des conseils stratégiques et pratiques aux administrations douanières. Ce réseau de spécialistes se réunit une fois par an et élabore des documents d’orientation sur les progrès de la technologie qui intéressent les administrations douanières d’aujourd’hui et leurs activités opérationnelles. Ces documents couvrent une vaste gamme de sujets, de l’informatique judiciaire aux logiciels d’analyse et aux systèmes d’extraction de données, en passant par les conditions préalables nécessaires à la mise sur pied d’une unité de cybercriminalité.

Pour un complément d’information sur les fonctions du GEDE, se reporter au mandat de ce Groupe d’experts.