Premier atelier de l’OMD sur le contrôle a posteriori dans la région Asie / Pacifique

23 septembre 2016

Faisant suite à une demande de renforcement des capacités en matière de recouvrement efficace des recettes, l’OMD a organisé un atelier régional sur le Contrôle a posteriori (CAP) pour la région Asie / Pacifique. Cet atelier s’est déroulé du 12 au 16 septembre 2016 au Centre régional de formation (CRF) de Kashiwa, au Japon, avec le soutien financier du Fonds de coopération douanière (FCD) du Japon.

Le développement et l’amélioration du système de Contrôle a posteriori est l’une des principales priorités de plusieurs administrations douanières de la Région. L’atelier avait pour objet principal d’aider les administrations douanières de la région à utiliser et mettre en œuvre les directives de l’OMD aux fins du contrôle a posteriori. Des cadres moyens des douanes en charge du CAP de 23 pays ont participé à cet atelier et se sont familiarisés avec le concept du contrôle à posteriori de l’OMD et sa mise en pratique.

Les participants ont contribué activement aux activités organisées tout au long de l’atelier, en posant un grand nombre de questions qui ont donné lieu à des échanges de vues. Au cours de ceux-ci, un intérêt tout particulier a été accordé à la garantie de la coopération des opérateurs commerciaux. Les participants ont partagé des informations et échangé des vues sur leur compétence juridique, leurs outils de politique et les mesures en place dans leurs Administrations pour parvenir à dégager les options possibles.

Les rapports de pays et les études de cas présentés par les participants se sont également avérés utiles en ce qui concerne les problèmes émergeant dans les pays voisins et les techniques pour les détecter. En outre, les participants ont effectué des exercices sur le ciblage et l’identification d’irrégularités de façon coopérative et ont échangé des vues sur la mise en pratique des directives aux fins du contrôle a posteriori.

L’atelier s’est avéré être un succès au vu des retours positifs reçus des participants, qui se sont déclarés satisfaits d’avoir acquis plus de confiance en leur capacité de mettre en œuvre leur système de CAP avec plus d’efficacité.