L’ONU rend hommage à la contribution de l’OMD en faveur des ODD, de la sécurité et de la protection du patrimoine culturel

20 février 2019

Le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, s’est rendu en visite au siège des Nations Unies à New York (États-Unis) les 18 et 19 février 2019 afin de présenter les initiatives de l’OMD et d’approfondir la coopération avec les diverses agences des Nations Unies.

Le Secrétaire général a rencontré la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, qui dirige les travaux sur les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, afin d'échanger avec elle des idées sur les manières dont les douanes concourent à la poursuite des 17 ODD. Tous deux ont passé en revue une série de domaines où les douanes pourraient apporter leur contribution au programme de l’ONU à l’horizon 2030, parmi lesquels la mobilisation des ressources nationales, la gestion des frontières afin d’améliorer la vie des personnes et la promotion du commerce à travers la facilitation des échanges. Ils ont également souligné le rôle crucial que joue la douane en faveur de l’intégration régionale, en particulier pour le commerce intracontinental et le développement en Afrique.

M. Mikuriya a également rencontré sir Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint chargé du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires (BCAH) de l’ONU et tous deux ont mis en exergue l’importance d’une (ré)ouverture rapide des frontières après une catastrophe naturelle ou une crise, afin d’assurer le dédouanement rapide des envois de secours. Dans ce cadre, une coordination effective et efficace entre les services présents aux frontières représente un facteur essentiel, que le Secrétaire général de l’OMD et le SGA du BCAH n'ont pas manqué de souligner. Ils ont également débattu de la gestion des frontières dans les zones de conflit et le Secrétaire général Mikuriya a mis l’accent sur l’importance du lien entre la sécurité et le développement. Il a ajouté que des mesures extrêmes, telles que les fermetures de frontières par les forces armées, peuvent être évitées en permettant à la douane de travailler sur le terrain et de veiller à maintenir les activités commerciales aux frontières pour soutenir l’économie, notamment aux zones frontalières, tout en utilisant la gestion des risques afin de détecter les flux de marchandises, de personnes et de devises en lien avec un conflit donné.

Durant sa visite, le Secrétaire général Mikuriya a également rencontré Vladimir Voronkov, Secrétaire général adjoint chargé du Bureau de lutte contre le terrorisme (BLT) de l’ONU. Cet organe a été créé en 2017 afin de renforcer la coordination et la collaboration au niveau des différents efforts entrepris par l’ONU dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. En 2018, le Pacte mondial de coordination contre le terrorisme a été lancé impliquant 38 partenaires, dont diverses agences de l’ONU, INTERPOL et l’OMD. M. Voronkov a remercié l’OMD pour ses efforts et sa contribution à la lutte contre le terrorisme dans la gestion des frontières. Tous deux ont convenu de renforcer la coordination dans le domaine du contrôle des voyageurs et de permettre à l’ONU de participer aux efforts dirigés par l’OMD pour le contrôle des passagers des navires de croisière. Si la communication s’est fortement améliorée entre le BLT et l’OMD, le Secrétaire général de l’OMD et le Secrétaire général adjoint du Bureau de lutte contre le terrorisme ont également passé en revue plusieurs domaines où la coopération pourrait être approfondie.

Le Groupe des Amis de la protection du patrimoine culturel, qui compte 22 pays et est coprésidé par l’Italie et Chypre, a invité le Secrétaire général de l’OMD à présenter la contribution de la douane dans ce domaine et les manières dont les États membres peuvent appuyer l’OMD dans ses efforts pour promouvoir la protection du patrimoine culturel. M. Mikuriya a passé en revue les initiatives de l’OMD, dont la plateforme ARCHEO pour l'échange d’informations et le renforcement de la collaboration entre les parties prenantes, ainsi que le lancement récent du Manuel de formation sur la prévention du trafic illicite de biens culturels (PITCH, de son acronyme anglais).

Les représentants des pays membres de l’ONU ont mis l’accent sur le rôle essentiel joué par l’OMD dans ce domaine et se sont engagés à la soutenir dans ses efforts. Les organes pertinents tels que le Comité de surveillance de l’ONU, l’UNESCO, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et INTERPOL étaient également présents, témoignant ainsi de l'étroite collaboration qui existe entre toutes les organisations internationales concernées dans ce domaine. Les récentes résolutions de l’ONU se réfèrent, d’ailleurs, souvent au rôle de l’OMD pour la protection du patrimoine culturel.

La Haute-Représentante pour les affaires de désarmement du Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies (UNODA), Izumi Nakamitsu, s’est réjouie de la coopération renforcée entre les deux organisations dans le domaine du trafic des armes de destruction massive et des armes conventionnelles. Elle a convenu avec le Secrétaire général que dans le cadre du Programme de l’OMD sur l’application des contrôles aux échanges de nature stratégique (ACES) et de la mise en œuvre effective du Traité sur le commerce d'armes (2014), il est nécessaire de se pencher sur d’autres possibles mécanismes permettant d’approfondir encore la collaboration.