Ouverture de la Conférence de l’OMD à Bakou

13 juin 2019

Quelque 900 délégués de quelque 90 pays, du secteur public et privé, des instituts universitaires et de recherche ainsi que des organisations internationales, se sont retrouvés à Bakou, en Azerbaïdjan, le mercredi 12 juin 2019 pour participer à la Conférence et Exposition sur la TI, en vue de débattre, durant trois jours, de l’utilisation des technologies et des défis et opportunités y associés. L’événement, co-organisé avec le Comité d’État des douanes d’Azerbaïdjan, compte également avec le soutien du Service de la douane de Corée (KCS) et de plusieurs entreprises du secteur privé, dont la société Rapiscan/AS&E/S2Global, principal parraineur de l'événement.

Le Premier ministre de la République d’Azerbaïdjan, Novruz Mammadov, a ouvert les travaux de la Conférence en s’adressant aux participants au nom du Président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev. Dans son allocution, il a réitéré l’importance du rôle des technologies en tant que moteur du développement économique du pays. Le Président du Comité d'État des douanes d’Azerbaïdjan, Safar Mehdiyev, a évoqué les avancées et les avantages associés à la mise en place de services électroniques et à l’automatisation de toutes les procédures douanières.

Le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, a également souhaité la bienvenue aux participants, expliquant que pour la première fois, l’Organisation a fusionné ses deux activités phares, à savoir la Conférence et Exposition sur la TI et le Forum sur la technologie et l’innovation, pour proposer une réunion faîtière entièrement consacrée aux technologies. Le thème de la Conférence, « De nouvelles technologies pour des frontières SMART – De nouvelles opportunités pour le commerce, les voyages et le transport », est une manière d’inviter les Membres de l’OMD à se pencher sur la façon dont les douanes peuvent tirer pleinement parti des solutions technologiques connues et reconnues mais aussi plus récentes, dans le but de contribuer non seulement aux échanges commerciaux mais aussi à la circulation des voyageurs et au transport, en garantissant la fluidité et la sécurité de tous les mouvements à travers les frontières.

Plus tard au cours de la journée, le Secrétaire général de l’OMD a rencontré le Président Aliyev, qui a réaffirmé l’engagement de son pays à tirer parti de la technologie et à ouvrir la voie à la transformation numérique. Le Secrétaire général Mikuriya a, pour sa part, réitéré le soutien de l’Organisation aux initiatives visant à renforcer la facilitation du commerce et à améliorer la performance douanière.

Au cours de deux prochains jours de la Conférence, les participants passeront en revue les enseignements tirés des initiatives et des derniers projets pilotes recourant à la technologie, comme l’intelligence artificielle, la robotique, les drones, la reconnaissance faciale, l’apprentissage automatique et les chaînes de blocs.

Parmi les nouveaux sujets qui seront abordés cette année, les participants auront l’occasion de se pencher sur la manière dont la douane peut appuyer les efforts consentis par les transporteurs et les sociétés de logistique afin de trouver des solutions plus écologiques et plus sûres du point de vue de leur impact climatique, avec des émissions réduites de CO2, en tirant parti des informations recueillies grâce aux dispositifs intelligents.

Les innovations dans le secteur du transport tels que les camions autonomes, les conteneurs intelligents et l’Hyperloop One de Virgin seront également évoquées sous la perspective de leur incidence éventuelle sur les régimes et les procédures aux frontières à l’avenir.

Les représentants douaniers et gouvernementaux auront par ailleurs l’occasion de rencontrer directement les fournisseurs de technologies présents à l’Exposition, afin de recueillir des informations plus détaillées sur les dernières solutions technologiques disponibles sur le marché, d’essayer les appareils exposés et d’aborder leurs besoins et leurs contraintes.

L’OMD espère que cet événement demeure une plateforme utile pour lancer le débat entre les représentants de la douane et les fournisseurs de technologies et qu’il contribue à faire avancer le déploiement de solutions technologiques.