Premier atelier virtuel sous-régional OMD/BRRC sur le CAP pour les îles du Pacifique

02 d├ęcembre 2020

À la suite d’une demande de renforcement des capacités en matière d’assurance effective des recettes, le premier atelier virtuel sous-régional sur le contrôle a posteriori (CAP) pour les îles du Pacifique a été organisé du 23 au 26 novembre 2020 par l’OMD et le Bureau régional de renforcement des capacités en Asie-Pacifique, avec le soutien financier du Fonds de coopération douanière de l’Inde (FCD/Inde).

Cet atelier était destiné à aider la sous-région à mieux comprendre le CAP et à le mettre en œuvre efficacement, conformément aux directives de l’OMD à ce sujet. Douze cadres intermédiaires des douanes représentant Fidji, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Timor-Leste, Tonga et Vanuatu ont assisté virtuellement à l’atelier. La structure organisationnelle, le nombre d’employés et les types de contrôle varient selon les administrations douanières de la région, mais les participants ont profité de l’occasion pour relever des défis semblables et découvrir de bonnes pratiques en échangeant activement leurs opinions et techniques.

Les participants ont collaboré activement à l’atelier, et plusieurs sujets ont été abordés et examinés, particulièrement pour savoir comment mettre en œuvre le CAP dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Les participants ont échangé des informations et des points de vue sur les mesures en vigueur dans leurs administrations, afin de proposer des solutions possibles.

À la fin de l’atelier, M. Bhushan Brij Gupta, directeur général adjoint de la douane indienne représentant le FCD/Inde, a souligné l’importance d’échanger des idées sur les moyens de surmonter les difficultés. Il a également déclaré que les discussions sur la manière de travailler en situation de pandémie les ont rapprochés pour faire face personnellement à cette crise gigantesque et contraignante.

L’un des participants a exprimé son désir d’appliquer les techniques apprises à ses tâches quotidiennes, et de partager des informations avec ses collègues pour traiter les problèmes qui se présentent.

L’atelier s’est terminé avec succès avec les commentaires positifs des participants. Le développement du contrôle a posteriori et la stratégie de conformité basée sur le risque en partenariat avec le secteur privé ne s’arrêtent pas, même en temps de crise, pour faciliter le commerce légitime.